16/11/2009

Lost in blue II

Afficher l'image en taille réelleBon, je sais, je suis un peu hors-sujet, mais on reste dans le domaine du jeu, je vais vous parler un peu de mon jeu préféré sur DS: Lost in blue

C'est une série de trois jeux, j'avais eu le premier en prêt d'un ami, et je viens d'acheter le deuxième. Il est sorti il y a déja un bon moment.

C'est un "survival game", avec un jeune homme qui échoue sur une ile déserte après un naufrage et qui trouve une jeune survivante. Ils vont devoir apprendre à survivre sur l'ile, et essayer de s'en échapper.

Bon, ce que j'aime dans ce jeu, c'est surtout sa durée de vie, surtout si on veut faire une exploration complète. L'ile est immense.

J'aime aussi "l'album" qui titille mon côté collectionneur :)))

Tous les objets construits ou ramassés se retrouvent dans un album qu'il faut essayer de completer.

La possibilité de recommencer le jeu pour essayer de le terminer autrement me plait bien aussi (cinq fins possibles pour le deuxième).

Les personnages possédent trois jauges en plus de la jauge vie (faim, soif, forme) qu'il faut tenir à l'oeil pendant les explorations.

La possibilité d'ammenager la grotte; construction de meubles avec les matériaux récoltés, la construction de radeaux et de cabanes et la création d'outils (lances, canne à pèches,pièges,etc...) rends le jeu passionnant.

Le nombre d'objets à amasser pour améliorer le confort, la cuisine et la survie est impressionnant:

Plus de quarante objets à construire (lances, arcs, canne à pêche, pièges, leurres, torches, etc...)

Des dizaines de materiaux à découvrir, plus d'une trentaine de poissons differents dans les lacs, rivières et plages de l'ile,

Une vingtaine d'animaux differents pour améliorer l'ordinaire culinaire,

Une trentaine de plantes, dont certaines toxiques, mais on ne le sait qu'après empoisonnement.

Des meubles, et des dizaines d'objet divers dont la découverte peut sembler inutile, mais qui s'avèrent nécessaire pour quitter l'ile.

Un grand et long jeu comme je les aime...quand je l'aurai complètement terminé, je pourrais m'inscrire aux séléctions pour Koh-lanta :)))

Quelqu'un d'autre L'a déja essayé ?


Alors, pour ceux qui se seraient égarés ici à la recherche des "poissons rares", malgré l'excellent site de VALLY8 qui explique tout ça, voila ce que j'ai remarqué à propos de la peche dans LIBII:

Les leures ronds fonctionnent mieux dans les lacs,

Les leures fins pour la rivière et les leures longs dans l'ocean

Hormis le fait qu'il existe un endroit bien précis (par exemple le huchon japonais dans le lac souterrain en entrant par la porte de gauche, l'Arowana au même endroit mais par la porte de droite, etc...) la plupart de ces poissons rares doivent être pechés à la canne à peche.

De plus, la canne à peche est beaucoup plus éfficace quand on utilise le stick pour faire bouger la ligne de gauche à droite avec des mouvements très courts et très répétitifs: il ne sert à rien de faire courir la ligne sur toute la largeur de l'écran.

Bonne collection...

13/10/2009

3DO

Un peu d'histoire:

La guerre des 32-bits et du CD-ROM a fait beaucoup de victimes, parmi lesquelles on trouve la 3DO, système fabuleusement prometteur dont l'échec est regrettable.

L'homme qui a voulu la 3DO s'appelle Trip Hawkins, fondateur d'Electronic Arts, un des plus grand noms de la création de jeux vidéo depuis le début des années 80. William M. "Trip" Hawkins est aussi le créateur de licences vidéo-ludiques extrêmement célèbres telles que Might & Magic, John Madden Football ou Army Men.

trip

 

En 1993, il quitte Electronic Arts, qui est devenu EA Games et s'est considérablement développé, pour fonder 3DO ("Three Dimensional Objects"), qui est plus qu'une entreprise : un concept. Son but est de créer la technologie d'une console 32-bits révolutionnaire (pour changer !) et d'en vendre la licence à divers fabricants, imposant ainsi un standard (pour chang…). "Ce sera le système le plus stimulant pour l'esprit humain depuis l'invention de l'imprimerie !". La technologie 3DO est conçue sur le papier par Dave Needle et RJ Mical, qui ont fait partie autrefois des équipes de développement de l'Amiga et de l'Atari Lynx, et New Technology Group réalise les premiers prototypes.

3do20consolepv6

Les premiers à signer pour la licence sont Matsushita et Goldstar, suivis de Samsung, AT&T et Toshiba. Comme actionnaires de l'entreprise, on trouve aussi EA, Kleiner Perkins Caufield & Byers, Time Warner, MCA et New Technology Group. Une liste impressionnante ! Panasonic et Goldstar vont chacun produire des consoles 3DO au look différent, mais totalement compatibles.

La première 3DO à être commercialisée est la Panasonic FZ-1, en Avril 1993, suivie de la Panasonic FZ-10 et de la Goldstar 3DO.

Le système 3DO ne va rester sur le marché que deux ans, de 1993 à 1995, durant lesquels une grande variété de jeux sortiront aux Etats-Unis et au Japon. Beaucoup ont vraiment cru au succès du système, et la variété des styles de jeux proposés n'a rien à envier à ce que proposeront les 32-bits les plus populaires. La pléthore de logiciels pour 3DO ne s'arrête pas aux jeux puisqu'on y trouve aussi des titres éducatifs, des CD-ROM encyclopédiques, et même des CD-ROM pornos (ce qui n'est pas péché Rigolant). Cette grande variété s'explique par le fait que la société 3DO n'exerce un contrôle que sur le hardware, et pas sur les logiciels qui sont quasiment libres de droits. Cette attitude va permettre l'apparition de daubes gluantes, mais aussi de petites perles. Le problème est qu'elle va, en fait, rendre la carrière de la 3DO totalement ingérable et précipiter son extinction.

La 3DO est la première console de l'histoire à proposer en nombre de véritables jeux 3d, il ne faut pas l'oublier (à part les timides tentatives de Nintendo avec le SuperFX sur certains jeux SuperNES), et il n'est pas abusif de dire qu'elle préfigure les consoles en vogue aujourd'hui. Hélas, elle a subi durement la concurrence du raz-de-marée Playstation, et personne n'oserait prétendre que le système 3DO est aussi puissant que cette dernière ou que la Saturn, apparues peu après. Le système 3DO a été abandonné en 1995 dans l'indifférence générale, et les projets annoncés d'un système 64-bits successeur, le 3DO M2, n'aboutiront à rien, sinon à décourager les derniers acheteurs potentiels d'investir dans une 3DO. 

 

Spécification technique

  • CPU : 32-bits ARM60 RISC cadencé à 12,5 MHz
  • Mémoire vive : 2 Mo de RAM, 1 Mo de VRAM
  • Mémoire morte : 1 Mo
  • GPU : cadencé à 25 MHz
    • résolution maximum de 320x240 en 16 millions de couleurs, et gestions de certains effets 3D
    • RAM vidéo : 1 Mo
  • son : DSP 16 bits, échantillonnage 44.1 KHz, sortie stéréo, effet Dolby Surround.
  • CD-ROM : 2X
  • 32 Ko de sauvegarde jeux
  • un seul port joystick, mais qui permet les branchements en cascade de 8 joysticks.

Prix à l'époque : 700$

Source: wikipedia.

 

Bon,maintenent,ce que moi j'en pense:

Pour moi,c'est une excellente petite console bien complète.

Bien qu'elle soit moins puissante que la PSX sur le papier,les jeux communs que j'ai testé,sont bien plus immersifs.

Je veux dire que en cherchant la petite bête(en restant dans la période commune des deux consoles) les graphismes sont un peut mieux sur PSX mais au point de vue rapiditée et son,c'est la 3DO qui l'emporte.

Pour les adaptations PC même chose,alors que sur PSX on fait un "copier coller",pour la 3DO,c'est retravaillé pour les capacités de la console.

Le meilleur exemple que je puisse donner,c'est Wing Commander 3.

Ce qui différenciait cette version 3DO.

1)Lors des combats

Alors que pour le PC on avait du "Full 3D", la 3DO ne présentait pas les mêmes capacités en calculs 3D. Le jeu a donc été refait de façon à reposer au maximum sur les capacités 2D de la machine (pour un rendu 3D). Ainsi, les petits vaisseaux, les lasers, les boucliers et les explosions étaient des sprites (stockés en mémoire selon plusieurs orientations possibles, afin de recréer la 3D). Le jeu, à chaque instant, utilisait pour chaque objet le sprite le plus approprié (en fonction des angles relatifs) et le niveau de zoom adéquat.

Pour les gros vaisseaux, on conservait des modèles 3D, mais simplifiés par rapport à ceux de la version PC.

Au final, un jeu tirant le meilleur parti des capacités 2D et 3D de la machine, extrêmement fluide et très beau grace à l'emploi de texture fines (pour l'époque).

2) Concernant les vidéos.

La 3DO intégrait des capacités FMV très honnêtes, mais assez loin de celles d'une "simple" PS1. Pourtant, les séquences vidéos de WC3 sont d'une étonnante qualité générale. Comment ?

Il faut considérer la spécificité de la majorité des scènes FMV de WC3 : des acteurs jouent sur fond bleu, avec des caméra fixes (même si les angles de vue changent souvent au cours d'une même scène). Bilan : sur une séquence de plusieurs secondes, très souvent le fond de la scène est fixe et les seuls éléments en mouvement sont les acteurs.

Donc ? Pour l'affichage des séquences vidéo, le fond était chargé en haute résolution une bonne fois pour toute. La "vidéo" consistait alors seulement à afficher en temps réel les acteurs sur ce fond. Grace à cette technique, seuls 10-30% de l'image étaient de la vidéo décompressée en temps réel. Et la qualité globale était très bonne.

3) Les musiques
En combat ou durant les phases d'exploration, elles avaient toutes une orchestration symphonique.

Alors que la PS1 est en tous points supérieure à la 3DO en terme de hardware, WC3 y était un ratage complet.

Comme dit plus haut,très mauvais portage direct de la version PC.

Le tout 3D avait été conservé. Mais les capacités 3D de la PS1 ne suivaient pas. En résulte un jeu "basse résolution" très saccadé et subissant de nombreux freezes dus à des accès disques inopinés.
Les vidéos ont été encodées de façon "globale", l'intégralité de l'image étant donc pixellisée (quand la version 3DO affiche des décors fins et parvient à limiter la pixellisation des personnages).
Pire que tout, les musiques symphoniques ont laissé la place à du mauvais MIDI de la 1ère heure ...

Mais le must du must au point de vue conversion toutes consoles connues des 90's,c'est Wing Commander premier du nom qui deviendra Super Wing Commander sur 3DO.

Le jeu a totalement été refait graphiquement,auditivement(musiques et ajout des voix des personnages pour les dialogues) même les cinématiques sont nouvelles.

C'est un pur bonheur visuel comme ludique Langue tirée

 

Je ne décroche plus de cette console.

Les autres jeux,c'est la même chose,en gros le jeu est le même mais y'a le petit truc en plus(vidéo,cinématiques,voix,....) qui fait que.....

La seule chose que je puisse reprocher,c'est que tous les jeux sont en VO alors qu'ils existent en VF sur d'autres machines.

Même pas de sous titres, juste le manuel en français.

Peut être que cela a contribué à sa fin aussi.

Quand je vois les possibilités de la bête d'origine,son évolution et toutes les grandes marques qui ont travaillé pour elle,les projets en cours,je ne comprends pas trop sa chute....

C'est comme pour l'AMIGA CD32, superbe console avec de beaux jeux et des adaptations  A500 totalement retravaillées, tous les éditeurs de la première heure donc pas des inconnus, prix abordable pour le commun des jeunes et ça n'a pas empéché sa chute...

Pas assez de pub?

Perso,à l'époque,ce qui m'a fait passer à côté de la 3DO,c'est son prix (9000FB si ma mémoire est bonne) et je ne pense pas être le seul.

Un petit effort de ce côté là aurait peut être prolongé sa vie.....

Tiens,la console qui à eu la plus longue longévité ne serait ce pas ce bon vieux ATARI 2600? Non décidé

 

 

11:36 Écrit par Lipy dans Consoles (autres) | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : panasonic, 3do, console, 90 s |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg

23/08/2009

De plate-formes en plate-formes..

Tiens je me suis dit que cela serait plus sympa de vous distiler mon long article en cours, sur les AUTRES jeux gameboys.. et justement il y a 3 jours, je passais un coup au Cash Converter de Seraing, dans l’idée de revendre quelques jeux PCs de l’année passée… Comme d’habitude je repars avec, prix de reprise ridicule… et je déambule dans le magasin… Une Gameboy tiens… à ouaip 9,99€ quand même… Vendue au même prix qu’une PSone. Pour 19€ on peut se payer une Gamecube… et il faudrait en mettre 14€ pour une Super Nintendo plutôt mal en point… Puis en sortant, un énorme bac remplis de jeux Gameboy… promo : 4€ le jeu.. Ben dit, moi à 1€ j’en aurais acheter quelques uns… mais 4€ ! Bon, s’ils sont toujours là, je négocierais un peu avec Cédric quand il sera là… J’avais quand même vu Kirby et Double Dragon… Bref, voilà qui tombe à merveille pour enchainer avec CES AUTRES JEUX qui méritent que j’en parle !!! Il faut bien admettre que Tetris, Legend of Zelda, Super Mario Land et Kirby’s Dream Land sont tout de même de sacrés classiques !

ducktales1989capcomdt_2.pngCoté jeux de plate-forme, entre Super Mario Land premier et Kirby’s Dream Land, il y a bien sur eu les autres épisodes… Que ce soit le 2° Kirby ou les deux autres Mario, mais j’ai plutôt envie de m’arrêter sur autre chose. Il y a fort à parier, si vous avez eu une gameboy, que l’excellent jeu Duck Tales vous soit passé entre les mains… Non ? Allé si, les aventures de l’Oncle Picsou ! Une superbe réalisation de Capcom alors partenaire de Disney. A l’origine développé pour la NES, il arrive chez nous en même temps que la Gameboy, et vu le niveau de réalisation du jeu, proposant des graphismes plus sympas que Super Mario Land, il fera fréquemment partie des ludothèques d’époque.

Un jeu signé Capcom, et ça se sent… Avec le recul, ne trouvez-vous pas qu’il y a un petit quelque chose de Megaman dans ces aventures de l’Oncle Picsou ! Tout d’abord, sélection du niveau, tel Megaman choisi la zone qu’il va explorer, Balthazar Picsou choisira où il souhaite que son pilote Flagada Jones le dépose pour trouver des trésors ! Et les trésors justement… Ils ont furieusement un petit air de bonus made in Megaman non ? Même la construction des niveaux me fait penser à du Megaman… mais à l’époque, je n’avais jamais joué à Megaman…

dt_10.pngCeci dit, Duck Tales a un rythme de jeu plus lent. L’Oncle Picsou doit prendre du temps à explorer les niveaux, et tue ces ennemis en sautant puis rebondissant dessus avec sa canne… Il peut aussi donner des coups de canne pour briser des objets afin de trouver des trésors cachés et/ou passage secret… Terminer un niveau n’est pas des plus facile. Il faut pour se faire en trouver le GROS trésor, puis sortir du niveau… et certains d’entre eux sont de vrai petit labyrinthe… Néanmoins, malgré seulement 5 niveaux, on prend vraiment plaisir à reprendre le jeu… Les musiques, composées par Sakaguchi restent particulièrement en mémoire… Ce musicien a d’ailleurs travaillé sur de nombreux autres bandes son des grands classiques de Capcom dont les 2 premiers Megaman et Street Fighter II… (Duck Tales 1990 Capcom)


Asterix.pngAu rayon Plate-forme, je garde un très bon souvenir du jeu Astérix que possédait mon ami Vivien. Pourtant, il faut bien avouer que les jeux tirés de série Bande dessiné, même si à l’époque 2D étaient souvent graphiquement sympa, manquaient très souvent d’originalité voir d’intérêt coté gameplay… Edité par Infogrames comme souvent, ce premier jeu à “franchise” Astérix était un bon début. Le jeu est développé par une petite boite espagnole Bit Managers qui avait réalisés quelques titres, déjà pour Infogrames sur MSX, Spectrum et Amstrad à qui l’on devra d'ailleurs par la suite et jusqu’en 2003 tous les jeux liés à Astérix, Tintin, Spirou, Les Schtroumpfs ou l’inspecteur Gadget…

Bref, si l’on place Astérix face à ses concurrents de l’époque,… sorti en 1993 il fait pâle figure rien qu’aux cotés d’un Super Mario Land 2 ou du troisième épisode dit : Wario Land. Avec des graphisme un poil plus recherchés que le tout premier Super Mario Land, le level design est par contre très similaire.. Des niveaux linéaires, des blocs “flottants” sur lesquels on peu marcher, ou détruire d’un coup de poing sauté pour gagner des bonus étoiles… des power up nous rendant plus fort… La quète d’Astérix pour sauver son ami Obélix ressemble fort à celle de Mario pour sauver la princesse Daisy.. mais pourtant, je me suis vraiment amuser avec ce jeu… plus difficile qu’un Mario d’ailleurs… mais dont la musique m’est bien restée en tête. (Astérix 1993 Infogrames)


Un dernier détour jeux de plate-forme et non des moindres… Batman !

Batman.pngIl existe rien que sur gameboy plusieurs jeux estampiller Batman,… et à l’heure actuel le défenseur de Gotham est toujours un grand acteur du monde vidéo-ludique… Mais ceci dit à l’époque, hormis une veille batmobile de mon paternel, je n’étais pas un grand fan de l’homme chauve-souris… Le jeu sur mon C64 était loin d’être passionant… et la version NES restée quelques semaines au Maxitec ne m’avait pas emballée plus que cela… Puis un jour, mon ami Xavier avec qui j’échangeais souvent mes jeux gameboys me prettent ca cartouche Batman… batman2.pngOn est courant 1993, et donc des bons jeux de plate-forme il y en a déjà pas mal… Cette cartouche de Sunsoft, réalisée en 1989, à la même époque que le premier Super Mario Land arrivent pourtant à me suprendre… à me prendre même… Difficile de lacher prise… on amasse petit à petit de nouvelles vies… surtout on cherche à ne pas perdre de Bat-rang et autres bonus que l’on peut accumulés tant que l’on reste en vie… Ce qui, à l’image d’un shoot-m up, permet de plus facilement et rapidement avancer dans les niveaux, eux, très similaires à ce que l’on peut voir dans Super Mario Land premier…

Bon vous l’aurez compris, j’y fais souvent référence, mais il faut bien admettre que coté gameplay, sur la Gameboy en monochrome, ce premier Super Mario Land était une véritable réussite, il permet un ryhtme d’action plus élevé que les 2 épisodes suivants, certes plus jolis, mais demandant du coup une progression à vitesse réduite, afin de pouvoir explorer des niveaux plus complexes… Ici, la progression est assez rectiligne… il faut sauter au bon moment, et attraper les bonus.. mais je crois que c’est le genre qui me plait. Si le jeu m’a laissé un souvenir incroyable (il arrive même à se glisser dans mon Top 50), la musique ne m’était pas restée en mémoire… pourtant à la ré-écouter, je me souviens qu’elle était vraiment géniale et entrainante. (Batman 1989 Sunsoft)


22/08/2009

Rétro inaperçu...

Tiens j'avais acheté "l'almanac DS", un moog de chez Pix N Love qui présente tous les jeux DS sortis jusqu'alors... Bon, je suis un peu déçu du bouquin, un peu trop "collector" à mon gout... mais bon, je m'étais dit que j'allais quand même le passer en revue... j'en suis à la lettre J et j'ai déjà trouvé une série de trucs que j'avais loupés... dont 3 titres à tendance rétro qu'il me semblait opportun de vous parler !

decoration
Tout d'abord, blog C64 oblige... saviez vous qu'une ré-édition du jeu Impossible Mission, un jeu bien connu d'Epyx a été réalisé sous DS ? Pas un simple "portage", tel qu'on le retrouvait l'année passée sur la Wii coté Consolle virtuelle... il s'agit ici d'une version très proche de l'originale, avec de "plus jolis" graphisme... signé System 3... héhé ca vous inspiré.. ce sont eux qui ont réalisé Last Ninja ;)

Je n'en avais jamais entendu parlée, elle est sortie en 2007...

decoration
Donc vous l'aurez compris, je vous parle de jeux auxquels je n'ai pas joué.. mais que je vais investiguer... vous avez la primeur de l'info !

Bien connu également sur Amiga, il existe sur DS un portage de James Pond II ! Alors que j'espère un émulateur Amiga sur console portable... inutile de chercher plus loin.. je pourrais découvrir les joies de ce héro atypique... bien réalisé ?? et dans le plus grand secret, le jeu a été portée sur le Playstation Store il y a 2 mois..Probablement la version PSone.

decoration
Enfin... Il y a eu de nombreuses tentatives de retour de notre grenouille favorite : Frogger... Elle a eu droit a une sympatiqhe nouvelle version en 2006 dans Frogger Helmet Chaos... Cela a l'air de se rapprocher de Zapper (un excellent jeu d'ailleurs)... Mais peut-être un peu trop simpliste.... à tester !

Bon je suis sur que je vous trouverais encore d'autres trucs sympa !

19/08/2009

Des hits en noir et blanc

Du noir, du “sépia verdâtre”… et 2 tramages différents pour nuancer le tout. Des petits blip bip sur 4 voix stéréo très inspirés, 4 piles AA pour 2 heures de jeux au mieux… et un jeans aux poches, très très larges si l’on veut la ranger dans sa poche… Voilà le topo de ce qui permettait à la Gameboy de nous fournir de pourtant excellents jeux dont je vous parlerais dans cette 2° partie. Pas de surprise, d'abord place à de gros hits..

tetris1989nintendo.pngVous l’avez vu dans mon premier billet, des jeux pour Gameboy, j’en ai eu énormément entre les mains et faire un choix pour vous parler de ceux qui m’ont marqué le plus n’est pas simple. Par exemple, faut-il que je vous parle de Tetris ?? Au fond que dire de de plus que ce que tout le monde sais déjà ? A quoi bon vous parler de l' histoire des droits d’auteur de ce jeux… Et ma fois, que vous dire de plus si ce n’est que j’ai été moi aussi un accroc de Tetris, que je faisais des concours pendant les heures d’études avec les pots pour voir qui feraient le meilleur score, et que j’ai vraiment pris mon pied en mode “Linked” avec le paternel de mes petits voisins qui était très fort à ce jeu… Au fond… Tetris, c’est Tetris… Pourtant, aucune autre version n’est aussi prenante que ce Tetris en 4 couleurs, avec ces musiques qui vous restent en tête jusqu’à votre trépas ! Et encore, si le jeu avait été capable de retenir le meilleur score sur la cartouche... cela aurait été pire ! (Tetris 1989 Nintendo)

Super_Mario_Land1989nintendo.pngCeci dit, dès l’arrivée de la Gameboy, j’aurais donné beaucoup pour avoir moi aussi Super Mario Land ! C’est qu’à l’époque, j’ai eu très peu l’occasion de jouer à des jeux Super Mario. Quelques très très rares parties au premier épisode avec David, un camarade de primaire, et surtout lors de quelques rares sessions de jeux au Maxitec sur Super Mario Bros 3 (qui ne débarquera d'ailleurs qu’un an plus, en 1991) alors que très rapidement, mes amis Vivien et Alain ajoutent ce Mario à leur collection de cartouches. Techniquement Super Mario Land est assez éloigné de l’univers créé par le père de Mario, Mr Miyamoto… Mario ramasse des cœurs pour gagner des vies… et non des champignons… difficile d’ailleurs de faire la nuances en si peu de couleurs entre un champi vie et un champi pour grandir ! Les tortues Koopa, lorsque l’on saute dessus ne laissent pas de carapaces qui rebondissent mais se transforment en bombe… Mario ne parcourt pas ses univers habituels, mais se retrouvent en Egypte, sur l’île de Pâques… Bref, hormis un personnage qui ressemble à Mario en quelques petits pixels, qui cassent des briques et rentrent dans des tuyaux, ce jeu aurait pu mettre en scène un autre héros… Il aurait tout de même été aussi passionnant ! Super_Mario_Land__V4.pngCar oui, graphiquement Super Mario Land fait partie des tous premiers jeux de plate-forme sur la gameboy. Les décors sont extrêmement basiques, mais tout est très claires à l’écran… Le jeu est fluide, et très vite pris en main… Et il est bien difficile lorsque l’on perd une vie, de se décider à donner la Gameboy au suivant.. surtout si c’est la petite soeur ! Ce n’est qu’en 1998 que j’ai terminé le jeu pour la première fois, en rentrant de Louvain La Neuve dans la voiture de mon Didier… bouclé en 45min (LLN -> Seraing).

C’est bien marrant, mais pour beaucoup de monde, lorsque l’on fait écouter une musique de Super Mario, c’est celle-ci qu’ils vont associer au plombier tant ce jeu a été joué par un nombre de personnes de tout âge assez impressionnant. Beaucoup parle à l’heure actuel de l’ouverture importante du jeu vidéo à de nouveaux joueurs grâce à la Nintendo DS et des titres tels que le Professeur Kawashika ou Nintendogz… Pourtant avec sa Gameboy et Tetris, Nintendo avait touché pas mal d’adultes déjà… Bref, justement ici, ce n’est pas Koji Kondo qui a composé les musiques de Mario sur Gameboy, mais Hirokazu Tanaka… Il n’y a donc aucun lien musical avec les autres épisodes de Mario… mais la bande son fut tout de même un succès.. Un vinyl de rap du groupe Ambassador of Funk, reprennant ce thème a d’ailleurs commencé à cartonner très rapidement à l’époque ! (Super Mario Land 1989 Nintendo)

Legend_of_Zelda__The___Link_s_Awakening.pngLors d’une visite chez mon ami Alain fin 1993, je découvre un nouveau joyau sur sa portable… Legend of Zelda : Link’s Awakening… A l’époque, je connais encore assez peu les aventures de Link… Je n’ai jamais vu aucun épisode sur NES… et juste quelques passages de Link to the Past, l’épisode Super Nintendo… sans avoir jamais pu toucher la manette bien scotchée dans les mains de Julien… Toujours bien sympa, la famille Gillon nous prettent un peu leur nouveau jeu, et je m’y essaie sur ma propre console… Un cinématique d’intro bluffante pour cette machine,… une mise en place d’une histoire qui semble assez sympa… mais rien à faire,… j’ai beau me promener sur la plage. Je ne comprends pas ce qu’il faut faire… et je rapporte la cartouche… Ce n’est qu’en 94, via un échange avec Xavier d’une série de jeux Gameboy que je récupère Legend of Zelda… En réalité, des 8 jeux obtenus, c’est surtout celui là qui m’intéresse… car je sais alors qu’il me faut utiliser mon bouclier pour pousser les oursins sur la plage et ainsi récupérer mon épée ! S’en suivra alors une fameuse épopée familiale à la maison, mon frangin Pype et même ma petite soeur voulant absolument eux aussi jouer à Zelda… et heureusement, cette cartouche propose trois sauvegardes !

links_awakening.pngLe jeu est très réussi graphiquement ! Les développeurs ont fait bien du chemin depuis lors, et déjà Super Mario Land 2 avait révolutionné la console,… Le jeu est assez proche de la qualité de ce que l’on peut voir dans la version Super Nintendo, couleurs et effets spéciaux en moins… Mais je pense honnêtement que ce n’est pas cela qui a fait de Link’s Awakening un jeu que je n’oublierais jamais… bien callé dans mon Top 10 !

Il y a tout d’abord la découverte d’un genre… S’il existe déjà des Legend of Zelda et Final Fantasy sur console,… c’est pour moi ma première expérience dans les jeux d’aventure sauce RPG… Même si Zelda est plus Action-Aventure que RPG d’ailleurs… En effet, le système de jeu mélange différentes phases… de l’exploration d’un vaste monde et de la recherche d’informations et indices… des combats directs contre une série de monstres qui trainent ça et là … et des énigmes à résoudre… Évidemment cela change fortement des nombreux jeux de plate-forme qui m’avaient plu sur la Gameboy… mais également des nombreux autres jeux auxquels j’ai joué jusque là sur mon PC et mon C64.


En plus de tout cela, Link’s Awakening nous fait voyager dans une petite histoire féérique tout ce qu’il y a de plus immersive, et même complètement décalée de l’univers hatibuel dans lequel baigne le héros Link. Trouvé sur la plage par le papa de Marine… Link a un peu perdu la mémoire… et il ne sait pas trop ce qu’il fait sur cette île… Il retrouve son bouclier.. puis son épée.. et cette jeune Marine lui rapelle vraiment quelqu’un (La princesse Zelda évidemment)… link1_t.pngPuis un Hibou dans la forêt lui hululle « Réveille le Poisson-rêve et tout te sera expliqué. » Pour ce faire, Link devra parcourir l’île et les 8 donjons afin de retrouver des instruments de musique magiques,… il pourra également trouver de nouvelles armes et objets lui permettant d’accéder à de nouveaux pouvoirs… mais également une petite histoire de chaine d’échange viendra alimenter un scénario déjà enchanteur…

La musique magnifiquement composée sur la petite Gameboy n’est pourtant pas de Koji Kondo qui a travailler sur les autres Legend of Zelda… On retrouve tout de même son thème principal, mais les nouveaux titres et arrangements sont de Kazumi Totaka qui s’étaient déjà occupé de la bande son de Super Mario Land 2 et plus récemment de celle d’Animal Crossing.

Personnellement, j’ai terminé le jeu deux fois… ce qui est rare de ma part… tant je l’ai adoré… Je me suis par la suite lancé dans Link to the Past sur Super Nintendo… et plus récemment dans les épisodes Game Cube, DS et Wii… sans jamais retrouver le plaisir éprouvé dans cette épisode atypique… Si je n’avais rien d’autre à faire… j’aimerais à nouveau m’y plonger… et surtout y faire gouter ma Petite Snorkys…

Tel Mario, Keen Commander ou Sonic m’ont donné envie de faire des jeux vidéo étant jeune… la découverte de Zelda nous a lancé mon frère et moi dans une tentative de nous aussi faire un jeu Zelda-like…. C’est ainsi que naitra le projet Bilou’s Quest, programmé en Quick Basic en 1994. (Legend of Zelda : Link’s Awakening 1993 Nintendo)

Kirby_s_Dream_Land.pngJe terminerai ce premier tour des jeux Gameboy qui m’ont marqué avec l’extraordinaire Kirby’s Dream Land découvert début 93. Kirby est sorti avant Legend of Zelda dont je vous ai parlé… et est clairement le meilleur jeu de plate-forme sur Gameboy… Petit à petit inondée du genre, seuls les Super Mario Land, dont le 2° épisode étaient alors en plein essort, avaient vraiment marqué les esprits… Quelques autres titres m’avaient marqué tout de même… je vous en parlerais demain...

La cartouche à peine mise en route… Je suis déjà conquis par la musique…. Ca bouge, ca gigotte.. c’est vraiment un régal pour les oreilles ! Ce drôle de petit perso en forme de nuage est vraiment chouette à contrôler… il mange ses ennemis, comme Pacman, il peut se gonfler et s’envoler dans les airs… c’est plein de passages secret, des graphismes somptueux… et l’action ne s’arrête jamais… on a l’impression d’y jouer d’une traite… J’ai bien accroché aux épisodes suivants.. mais c’est le seul que j’ai terminé… Peut-être parcequ’il était un peu plus facile et plus court.


Kirbys_Dream_Land_Whispy.pngKirby est une sacrée réussite ! J’ai longtemps cru, après avoir découvert qu’une version NES existait, que cet épisode Gameboy n’était au final qu’une tentative de recréer l’univers déjà mis en place pour la console portable.. Or il n’en est rien. Kirby’s Dream Land est la première aventure de Kirby… Qui d’ailleurs n’aurait pas dû être Kirby. A l’origine, un personnage encore non défini, mais graphiquement plus développé, repondant au nom de Popopo devait être le héros… L’esquisse de Kirby était temporaire, mais l’équipe avait fini par s’attacher à ce petit bonhomme tout rond… Il fut choisi de le garger… Nintendo le voulait alors jaune… mais son créateur lui, le voulait rose… Ceci dit, chez nous, comme aux States, il fut blanc sur la pochette… et sur un écran monochrome ma fois... Enfin, le nom de Kirby fut choisi en hommage à un avocat de Nintendo si j’ai bonne mémoire… Bref, ce n’est que plus tard, dans les épisodes suivants que Kirby a pu avaler ses ennemis et en récupérer leur pouvoir… le rendant bien des années plus tard dans la série Smash Bross, un adversaire redoutable ! (Kirby’s Dream Land 1992 HAL)

Zelda, Mystic Quest
Kirby’s Dreamland, Super Mario Land (séries) , Batman, Ducktales, Asterix
Flipull, Tetris
Motocross Maniac, Grand Prix
Pinball Gator

09:20 Écrit par cyborgjeff dans Consoles (autres) | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : gameboy nintendo zelda tetris kirby super mario |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg